L'apport des Classiques français (1890-1939)

Auteur: Callède, Jean-Paul
Editeur: MSHA Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine
Publication: 2010
Edition n°:
ISBN: 978-2-85892-399-1
e-ISBN:
 
Lire le livre Table des matières Partager le livre Acheter le livre

Pendant les premières décennies d’institutionnalisation universitaire de la nouvelle discipline, les sociologues classiques français (1890-1939), n’ont jamais ignoré les questions relatives aux jeux, aux sports et à l’éducation physique. Pour autant, ils n’y ont pas tous apporté ni la même attention ni le même niveau d’exigence formaliste ou théorique tandis que ces différents modèles d’exercice se développaient, tant dans le contexte du système scolaire et universitaire qu’au niveau des groupements civils, et entraient peu à peu dans les modes de vie.

Pendant la première période envisagée (1890-1914), un clivage assez net se précise. Dans le prolongement des premières approches d’Alfred Espinas, des sociologues liés à l’Institut international de Sociologie fondé par René Worms (en particulier Guillaume-L. Duprat et plus tard Gaston Richard) proposent des analyses qui méritent l’attention. Les sociologues liés à Durkheim dans le cadre de l’Année sociologique (Bouglé, Maître, Mauss, Henri Hubert, en particulier) examinent la place des jeux, de type rituel pour l’essentiel, et des techniques du corps, telle qu’elles sont traitées par les anthropologues. Durkheim traite surtout de l’éducation physique, replacée au sein de l’éducation de l’enfant, un point souligné par Paul Fauconnet. D’autres auteurs (Charles Lalo, Jules Delvaille ou par la suite René Maunier, René Hubert et Henri Gouhier par exemple) proposent des éclairages de première importance, bien oubliés aujourd’hui.

Les logiques d’évitement autant que les liens de coopération qui caractérisent ces sociologues « classiques » permettent d’identifier initialement deux « écoles bordelaise », liées directement à la Faculté des Lettres de Bordeaux. Pendant les années 1920-1930, l’enracinement de diverses approches dans une conception philosophique du « jeu », visiblement inspirée par une lecture réductrice du criticisme kantien, a pour effet de contraindre bien des démarches (Bouglé, Hesse et Gleyze), alors que très tôt le « sociologue » Jean-Marie Guyau et un peu plus tard Ch. Lalo avaient montré la méthode à suivre pour étudier les jeux et les sports.

Voir toute la description
 

Score

0

Thématique

Tags

folders

Présent dans 0Dossiers publics

Dossiers

Présent dans 0dossiers privés

Etagères de cours

0

Notes

0

Groupes

0

Commentaires

0

Videos

En ligne actuellement

Derniers commentaires