Auteur: Revue Banque édition
Editeur: RB édition
Publication: 2010
Edition n°:
ISBN:
e-ISBN:
 
Lire le livre Table des matières Partager le livre
Titriser plus pour financer plus, à quelles conditions ?

Edito
Titriser n’est pas jouer

La titrisation est au banc des principaux accusés de la crise. Le dernier acte en cours est l’investigation lancée par la SEC contre Goldman Sachs, qui lui reproche une utilisation dévoyée de la titrisation. Pour autant, si les pratiques sont montrées du doigt, la technique reste un indispensable instrument de financement de l’économie. Le consensus sur ce point est tout aussi large. Il s’agit donc de relancer la titrisation en lui rendant le processus vertueux qui était le sien lors de son apparition dans les années 1970 aux États-Unis.

Cela passe par différentes mesures, notamment réglementaires : redéfinition des critères des actifs à titriser, taux de rétention sur les titres émis, labels de qualité, revue des méthodologies des agences de notation… Mais il faudra aussi modifier les comportements, ceux des banques et des émetteurs bien sûr, mais aussi des investisseurs qui ne doivent plus acheter des produits qu’ils ne comprennent pas.
Le dossier (pp. 22 à 38) présente les points de vue de l’ensemble des acteurs de la chaîne de la titrisation : banquier, investisseur, agence de notation.

En matière de titrisation, de dérivés et dans bien d’autres domaines financiers, il faut plus de transparence : c’est une des conclusions de la crise récente, pour mieux comprendre, mieux maîtriser… Pourtant Hervé Alexandre, Université Paris-Dauphine, s’interroge (p. 45) : Lehman Brothers, dans son rapport annuel 2007, allait déjà jusqu’à détailler les hypothèses sous-jacentes au modèle Black & Scholes employé pour évaluer ses options… Et l’universitaire de mettre en garde : « La transparence n’est définie que très partiellement au regard de la quantité d’information, mais plutôt par rapport à la qualité et la capacité des utilisateurs à s’approprier cette information ». Une conclusion que ne démentiront pas Aymen Ajina et Danielle Sougne (HEC Business School Université de Liège) dont les travaux montrent que la qualité de l’information financière sur un titre détermine la transparence de son marché et partant, influe sur sa liquidité (p. 2).
Voir toute la description
 

Score

0

Thématique

Tags

folders

Présent dans 0Dossiers publics

Dossiers

Présent dans 0dossiers privés

Etagères de cours

0

Notes

0

Groupes

0

Commentaires

0

Videos

En ligne actuellement

Derniers commentaires